Exclusion

Ensemble des lettres constituant le « dossier » d’exclusion de Rassinier de la S.F.I.O. tel qu’il a probablement été collecté dans les archives personnelles de l’intéressé par les rédacteurs du « Retour de Paul Rassinier  ».

En l’absence des courriers correspondants de Rassinier qui, soit n’ont pas été conservés, soit sont enfouis dans les archives des Fédérations du Parti Socialiste, certaines lettres comme la première de Brutelle sur la responsabilité des Nations perdent une grande part de leur intérêt.

L’échange de 1955 déjà publié sur l’éventualité d’une réintégration de Rassinier à la S.F.I.O soutenue par la base de son ancienne Fédération donne un contre-point à la sécheresse tout administrative des échanges ci-dessous.

////////////////////////////////////////////////////////////////////// /////////////////////////////////////////////////////////////////////

Parti Socialiste SFIO

Paris, le 9 juin 1949

GB/GF
A.25,281
D.32832

Camarade Paul RASSINIER

Cher Camarade,

Merci de ta lettre du 4 juin, relative à la parution de ton livre.

Je lis avec plaisir les idées que tu me dis t’être efforcé de développer, sur lesquelles il vaut la peine de s’arrêter.

Je suis d’accord avec toi et j’apprécie les quatre points que tu as mis en relief.

J’aimerais par contre discuter du dernier paragraphe de ta lettre.

Vois-tu, je suis encore de ceux qui n’acceptent pas que l’on considère uniquement la responsabilité individuelle, en ne tenant pas compte des responsabilités de la collectivité dans laquelle évolue l’individu.

Je n’accepte pas facilement de voir la presse crier « tue » quand le juge dit « assomme » et j’aimerais souvent que l’on mette en évidence les responsabilités de la société.

Cependant, je ne crois pas que l’on puisse exclure toute idée de responsabilité individuelle. C’est le sens de notre responsabilité individuelle qui nous amène à lutter de toutes les forces de notre individu contre la Société et pour une autre conception du monde.

Nous avons toujours le droit d’examiner les raisons qui font d’un individu un lâche qui refuse de se battre pour la justice et la liberté telles que nous les concevons, par exemple ; mais l’individu a le devoir de lutter pour sa propre bonification et contre les influences mauvaises du milieu, de la Société et peut-être de ce que, à tort ou à raison, on pourrait appeler sa propre nature et, dans ce sens, se trouve posé un problème de responsabilité individuelle. Peut-être d’ailleurs sommes-nous d’accord sur ce propos. Est-ce seulement une formulation un peu brutale et un peu catégorique qu m’a fait craindre une autre façon de voir de ta part ?

Je suis surtout d’accord avec toi sur le problème de la responsabilité de l’ensemble des Nations ; mais c’est la raison pour laquelle il me semble que le parallèle que tu voulais établir entre la responsabilité individuelle dans les collectivités et les responsabilités d’une Nation au sein de l’ensemble des Nations me paraît impossible à retenir.

Si nous considérons les Nations, il n’y a pas de doute, l’ensemble des Nations est responsable de ce que devient l’une d’entre elles ; mais à mon sens, la responsabilité de l’ensemble des Nations est beaucoup plus absolue que celle de la Société.

J’ai retenu tout à l’heure l’idée d’une certaine responsabilité de l’individu. Je ne retiens pas l’idée de la responsabilité d’une Nation. Le terme Nation se définit trop mal et on tend trop à confondre Nation et Peuple.

S’il s’agit d’une Nation soumise à un régime de dictature, les responsabilités d’un cataclysme international reposent, à la fois sur la collectivité des Nations et sur des individus parmi ceux qui composent la Nation mise en cause. Mais on ne peut, en aucun cas, poser un problème des responsabilités nationales : des individus ont soutenu le régime, d’autres l’ont accepté, certains se le sont laissé imposer et quelques uns encore l’ont combattu.

C’est commettre l’injustice la plus criante et la plus abominable que de vouloir juger une collectivité nationale. Il faut bien, ici, considérer l’attitude de chacun et, on n’a pas le droit de parler de responsabilité collective d’un peuple.

En deux mots, donc, pour moi, pas de dogme de la responsabilité d’une Nation, pas même de reconnaissance valable de la responsabilité nationale, quels que soient les cas envisagés.

Pas non plus de dogme de la responsabilité individuelle : conscience et affirmation des énormes responsabilités, à l’égard des individus, des Sociétés instituées.

Pas non plus de glissement vers le dogme de l’irresponsabilité individuelle auquel certains socialistes romantiques et les socialistes utopiques se sont laissés aller.

Nous en discuterons à l’occasion si c’est nécessaire. Ton bouquin m’intéresse, je voudrais que tu m’en fasse parvenir un exemplaire dès qu’il sera sorti de presse. Je ferai quelque chose pour la souscription. Je me propose d’un faire un commentaire le cas échéant, dans la presse du Parti.

Il est bien entendu que le Bulletin Intérieur annoncera sa parution. Je le signale à COMMIN à cet effet.

Amicalement à toi.

G. BRUTELLE
Secrétaire Général adjoint du Parti.

////////////////////////////////////////////////////////////////// /////////////////////////////////////////////////////////////////////

Lettre du 21 juillet 1949 de Brutelle à Rassinier :

« (…) Suite à ton petit mot du 20 Juillet, je t’informe que j’ai demandé à notre camarade ROSENFELD, Directeur du « POPULAIRE DIMANCHE », d’insérer dans notre hebdomadaire, une note relative à la parution de ton livre (…) »

Lettre du 26 aôut 1949 de Gaby Cordier (en l’absence de Georges Brutelle) à Rassinier concernant l’envoi de 120 imprimés (annonce de parution du Passage de la Ligne)

Lettre du 31 aôut 1949 de Gaby Cordier (en l’absence de Georges Brutelle) à Rassinier accusant réception des imprimés qui « seront joints à notre prochain envoi de circulaires aux fédéraux, accompagnés d’une courte circulaire explicative. »

Lettre du 6 septembre 1949 de Gaby Cordier à Rassinier accusant réception du livre (Passage de la Ligne) dédicacé à Georges Brutelle. Confimation de l’information des Fédéraux « par l’imprimé et une circulaire particulière, partie en fin de semaine dernière. »

////////////////////////////////////////////////////////////////// /////////////////////////////////////////////////////////////////////

Parti Socialiste SFIO
12, cité Malesherbes
Paris

Paris, le 31 AOUT 1949

SECRETARIAT GENERAL
Circulaire n° : 392 Aux SECRETAIRES FEDERAUX

Parution du Livre de notre Camarade
Paul RASSINIER « PASSAGE DE LA LIGNE »

Chers Camarades,

Nous pensons utile de vous informer de la parution du Livre de PAUL RASSINIER « PASSAGE DE LA LIGNE », premier ouvrage d’un Socialiste militant sur le Camps de Concentration.

Le « POPULAIRE-DIMANCHE » (du 31 Juillet) et le « BULLETIN INTERIEUR » (n°43, page 39) ont déjà attiré l’attention de vos Camarades sur ce livre qui est maintenant en vente soit à la Librairie du Populaire, 61, rue Lafayette, PARIS – 9° -, soit chez l’Auteur : Paul RASSINIER 31, rue de la Barre à MACON (C.C.P. LYON 724-98) au prix de 300 francs, franco de port.

Nous demandons à nos Camarades de se reporter aux commentaires qui ont été insérés dans notre presse, commentaires qui mettent en évidence l’intérêt de cet ouvrage.

Fraternellement,

Georges Brutelle
Secrétaire Général – Adjoint

////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Parti Socialiste S.F.I.O
Paris le 12 décembre 1950

Cher Camarade,

Je vous informe que vous êtes l’objet d’une demande de contrôle de la part du Camarade DEBEAUMARCHE.

Cette demande se rapporte à votre livre « Le mensonge d’Ulysse » et plus particulièrement à la préface dont Mr PARAZ est l’auteur.

La Commission Nationale des Conflits a entendu DEBEAUMARCHE et pris connaissance de l’ouvrage.

Nous sommes prêts à vous entendre et à recevoir les explications que vous voudrez bien nous donner.

La Commission Nationale de Conflits se réunira à cet effet, le 21 Décembre prochain, à 21 heures, au « Populaire », 61, rue la Fayette, Bureau de JACQUE.

Voulez-vous me faire savoir si vous pourrez venir ce jour-là ?

Croyez, cher Camarade, à mes sentiments socialistes.

Rémy Sicard
Commission Nationale des Conflits

///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////
Ministère de l’Intérieur
Cabinet du Secrétaire d’Etat
C.A.D. N° 301 ED/JP

Paris, le 11 DEC 1950

Mon cher Camarade,

Bien reçu votre lettre du 4 décembre et m’empresse de vous faire parvenir la copie de cette dernière que vous avez bien voulu me réclamer.

Je ne veux à aucun moment discuter les termes de votre papier, étant entendu que :

1° – je ne suis jamais intervenu auprès de Michelet car je n’ai pas rencontré ce dernier depuis le mois d’août dernier ;

2° – je ne connais pas Guérin et n’ai donc pu lui demander d’intervenir. Si je me suis élevé contre la parution de votre livre, ce n’est pas en mon nom personnel, croyez-le bien, mais en tant que Secrétaire Général de l’U.N.A.D.I.F. et de la F.N.D.I.R.

Les bureaux de ces deux organisations ont protesté en effet, à l’unanimité, contre la publication de cet ouvrage. Quant à moi, je ne puis souffrir que vous vous soyez fait le complice de tous ceux qui ne cherchent qu’à discréditer la Résistance et les Déportés en particulier, parce qu’ils n’ont pas su choisir, au moment de l’occupation, et surtout parce qu’ils ont été trop souvent les collaborateurs de l’ennemi.

Jamais vous ne pourrez me faire admettre qu’un déporté accorde son patronage à M. L.F. Céline, puisque la bande de présentation de votre ouvrage porte son nom ; pas plus qu’à M. Paraz qui, dans un style ordurier s’efforce d’imiter le style de son patron pour nous traîner dans la boue.

Jamais il ne me serait venu à l’idée qu’un Déporté, Membre du Parti Socialiste, ancien Député puisse prendre pareille initiative, et je puis me permettre cette remarque, car je ne suis pas un « jeune », étant entré au Parti en 1932.

Avec mes regrets,

E. DEBEAUMARCHE
Compagnon de la Libération

///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Parti Socialiste S.F.I.O

Le 12.2.51

Mon cher Camarade,

La CNC examinera la demande de contrôle que vous connaissez dans sa séance du 22 février à 21 heures au Populaire.

Si vous avez quelque chose à ajouter aux explications verbales et écrites que vous nous avez déjà fournies, soyez assez aimable pour m’écrire avant le 22.

Nous sommes obligés de régler les dossiers et nous ne pouvons pas remettre indéfiniment les affaires.

Croyez, mon cher camarade à mes sentiments socialistes

Rémy Sicard

////////////////////////////////////////////////////////////////// //////////////////////////////////////////////////////////////////////

Parti Socialiste S.F.I.O.

Paris le 8 mars 1951

Mon Cher Camarade,

BRUTELLE aurait voulu répondre à ta lettre du 3 Mars, dont il a pris connaissance avant son départ. Mais il n’a pu disposer du temps nécessaire à une réponse dans laquelle il tenait à examiner le fond de la question.

Son absence devant être d’assez longue durée, je voudrais vous livrer quelques-unes des réflexions qu’il a été amené à faire.

Il n’a pas lu le « Mensonge d’Ulysse ». Il en a vu quelques passages, et surtout la Préface. Il manifeste beaucoup de regrets quant à cette publication, et il pense au minimum que tu n’aurais jamais dû accepter une telle préface.

Il a d’ailleurs lu attentivement ton article dans la « Correspondance Socialiste Internationale ». C’est certainement ce qu’il accepte le moins, en définitive, étant donné que cet article est livré à tout lecteur. Très large dans sa façon d’apprécier les idées personnelles de nombreux Camarades, bien éloigné de tout conformisme, il a l’habitude de penser que trop généralement, des Camarades du Parti ne se conduisent pas, dans la vie publique, avec une conscience suffisante des devoirs qu’impose l’appartenance à un Parti organisé.

Il estime que de telles attitudes portent trop souvent un grand préjudice au Parti. Pour lui, en adhérant, ou en maintenant son adhésion au Parti, on prend une responsabilité et on accepte volontairement certaines limitations au droit de chacun d’exposer au public des positions particulières. Aucune organisation ne peut vivre et devenir puissante si les militants n’acceptent pas les sacrifices que leur impose leur appartenance. Mais les résultats que l’on obtient par l’action collective dans l’organisation et l’acception d’une « discipline » valent assez pour compenser le sacrifice de certaines possibilités d’expression personnelle.

Fraternellement

L’assistante de Georges Brutelle
Gaby Cordier

////////////////////////////////////////////////////////////////// //////////////////////////////////////////////////////////////////////

Lettre de Rémy Sicard à Rassinier du 27 mars 1951 avertissant ce dernier de la réunion de la Commission Nationale des Conflits le 12 avril de la même année, au Populaire à 21heures.

Lettre du 6 avril 1951 de Rémy Sicard à Rassinier informant ce dernier de la nouvelle réunion de la CNC le 19 avril, à 21 heures au Populaire. « Si vous désirez faire entendre BARRE, voulez-vous avoir l’obligeance de le faire prévenir et de lui indiquer l’heure et le lieu. »

Lettre de Georges Brutelle à Rassinier du 2 mai 1951 accompagnant la « sentence rendue par la Commission Nationale des Conflits, le 19 avril 1951, dans le différend qui t’opposait au Camarade DEBEAUMARCHE. »

////////////////////////////////////////////////////////////////// //////////////////////////////////////////////////////////////////////

Le 19 mai 1952

Mon Cher Camarade,

J’ai participé au Conseil National d’Asnières qui a rejeté votre demande de réintégration « à l’unanimité moins 3 voix pour et 11 abstentions. J’étais parmi les abstentionnistes car je me sentais trop mal informé pour prendre une position nette. En tout cas votre défense a été présentée en termes émouvants et je ne me sens pas le droit de vous refuser le titre de « cher camarade ». Votre désir d’être réintégré prouve bien que, de coeur et d’esprit, vous restez socialiste.

Je crois connaître assez bien la librairie Rivière pour vous dire que les possibilités d’édition de votre manuscrit sont très limitées, sauf si vous envisagiez de le faire à compte d’auteur. Il n’est pas utile que vous m’envoyiez votre manuscrit, car, étant fort pris en ce moment, je ne pourrais pas le lire avant les vacances. Cependant, je serais heureux de recevoir « Le mensonge d’Ulysse », ne serait-ce que pour me faire une opinion directe. Ce sera malheureusement après la bataille.. mais ils ne faut pas oublier qu’il y a parfois des révisions de procès.

Vous aviez raison de penser que je ne participe pas à certains préjugés a priori. Je ne répugne pas non plus à des positions nettes a posteriori c-à-d quand je suis suffisamment informé. Permettez-moi de rester dans une certaine réserve jusqu’après lecture de votre livre.

En attendant, je vous prie de recevoir, mon cher camarade, l’expression de mes sentiments les meilleurs.

Signé : Robert Mossé

/////////////////////////////////////////////////// ////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Récit des rédacteur du « Retour de Rassinier », p.p 9 et 10 qui ne semblent pas vraiment comprendre le contexte de la lettre de Robert Mossé, celle-ci ne signifiant en aucun cas la sentence d’exclusion de la S.F.I.O. mais faisant fort probablement suite à une approche de Rassinier pour la publication du « Discours de la dernière chance ». C’est en effet à la même époque qu’il soumet le manuscrit à Albert Camus.

«  Le comportement des camarades

Le 12 décembre 1950, un mois après l’attaque torve de M. Guérin, Rémy Sicard, de la dilligente commission des contrôles de la S.F.I.O., cite Pual Rassinier à comparaître comme suite à une demande de M. Deaumarché, membre du parti socialiste et agissant aux titres de Secrétaire général de deux associations de déportés (UNADIF et FNDIR).

La sentence d’exclusion fut prononcée le 19 avril 1952, « malgré le respect qu’impose sa personne », dit-elle. Cette sentence, tant l’on fut fier de l’exemplarité de sa justice, ne parut pas dans le Populaire.

Soutenue par 11 fédérations et Monsieur Marceau Pivert, une demande de réintégration fut présentée en 1952 au congrès d’Asnières. Sur intervention de MM. Guy Mollet et Daniel Mayer, le Conseil national repousse cette demande. M. Robert Mossé signifie ce rejet à l’intéressé par une lettre d’une suavité bouleversante. Ce socialiste va jusqu’à dire à la victime de son ignorance qu’il n’a pas lu son livre mais que, comme il ne répugne pas aux réhabilitations, elle peut le lui envoyer en prenant soin toutefois de ne pas le faire de suite, car, pour le moment, M. Mossé n’a pas le temps de lire !

Ce que nous enseignent ces turpitudes ruisselantes de mauvaise conscience est la position de pouvoir de Paul Rassinier à l’intérieur du parti socialiste (…) »


Lettres reproduites dans « Le retour de Paul Rassinier, Droits de l’homme et Histoire, Textes et documents soumis à la réflexion du congrès de Bourg-en-Bresse » par LES AMIS DE PAUL RASSINIER, 16, rue des Fossés St Jacques, 75005, PARIS

Advertisements