Célestin Freinet

INDEX


Rassinier connaissait personnellement Célestin Freinet qu’il décrit dans une lettre à Paraz comme assez marginal vis-à-vis du parti communiste pour rester fréquentable.

Il n’est donc pas surprenant que la revue du mouvement de Freinet, l’Éducateur, se fasse l’écho des publications de Rassinier.

L’Éducateur, Revue pédagogique bimensuelle de l’Institut Coopératif de l’École Moderne, Cannes, 23e année, numéro 8, 15 janvier 1951, p 224.

LIVRES

Nous avons reçu

Éditions Bressanes – Paul Rassinier : Le mensonge d’Ulysse.

////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

L’Éducateur, Revue pédagogique bimensuelle de l’Institut Coopératif de l’Ecole Moderne, Cannes, 25e année, numéro 8, 15 janvier 1953, p 280.

Critique de livres et revues

Un livre pacifiste : Le discours de la dernière chance par Paul Rassinier.

Vient de paraître aux Editions de la Voie de la Paix, chez votre libraire habituel ou par virement postal adressé à Mme Paul Rassinier-Pons à Mâcon, C.C.P. 3046-71 Lyon. Un fort volume in-16 jésus de 288 pages. Franco 600 fr.

////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

L’Éducateur, Revue pédagogique bimensuelle de l’Institut Coopératif de l’École Moderne, Cannes, 25e année, numéro 19, 1er juillet 1953, p 647.

Critique de livres et revues au cours de l’année prochaine

Paul Rassinier : Le Discours de la Dernière chance (Ed. De « la Voix de la Paix »[sic]). 1 volume 280 pages, 600 frs, à Mme Rassinier-Pons, à Mâcon, CCP Lyon 3046-71, ou à Robert Proix, 211, rue Saint-Maur, Paris (10e). CCP 5207-58.

Nos lecteurs connaissent Paul Rassinier, qui publia en 1950 « Le Mensonge d’Ulysse », autour duquel les profiteurs du « résistancialisme » firent un raffut dont les échos ne sont pas encore évanouis.

Passant à un autre genre d’exercice, sans rien renier de sa verve ni de son anticonformisme, Rassinier dit leur fait aux forbans de la politique et de la finance, aux pipeurs de suffrages, aux marchands d’orviétan qui ont la prétention de piloter la nef mondiale et qui réussissent périodiquement à la conduire aux impasses d’où son renflouement se révèle à chaque fois de plus en plus catastrophique.

Rassinier nous propose de donner le coup de barre à 180° qui nous placerait dans la voie opposée, c’est-à-dire la bonne, celle où le monde trouverait son équilibre, rencontrerait les courants et les vents favorables, aborderait aux havres abrités des houles et des tempêtes, bref, la voix de la Paix.

Pour cela, il conviendrait d’adopter les réformes de structure et de recourir aux principes auxquels les peuples aspirent depuis des temps lointains, qu’ils ont essayé d’imposer par d’inopérantes émeutes, mais que seule une organisation raisonnée de la production, de la répartition des biens et des relations entre les groupes humains permettra d’instaurer solidement et définitivement.

////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

L’Éducateur Culturel International, Revue pédagogique de l’Institut coopératif de l’Ecole Moderne, Cannes, 28e année, nouvelle série, n°6, 20 novembre 1955, p.7

Livres et revues

Le Parlement aux mains des banques, par Paul Rassinier

Notre camarade Rassinier est une sorte de don Quichotte chargeant, non les moulins à vent, mais les vices, les préjugés, les mensonges, la vénalité.

Dans une élégante plaquette de 64 pages (120 fr. franco), il décortique notre pseudo-démocratie.

Il commence par démontrer comment on acquiert le pouvoir. «  La règle d’or est de parler en se penchant à gauche pour être élu, et d’agir en se penchant à droite pour le rester ». Une fois en place, le jeu est plus facile. Pour notre ami, ce sont les banques qui, appuyant de leur puissance, amènent les changements d’orientation subtils ou brutaux.

Le fond de l’affaire d’Indochine, des événements d’Afrique, les rivalités pro et anti-américaines, tout s’éclaire par la lutte sournoise ou ouverte – ou par la collaboration provisoire – des groupes bancaires.

Comme Rassinier n’a pas peur d’appeler les banques et politiciens, même les plus côtés, par leur noms, sa brochure fait du bruit dans la mare parlementaire.

Les élections approchent. La plaquette de Rassinier est un documentaire et une arme, à étudier et diffuser.

Candasse ou le Huitième Péché Capital :

par Paul RASSINIER ; ouvrage de 300 pages publié par « l’Amitié par le Livre » (810 fr. franco)

« Un roman satirique du demi-siècle » comme l’annonce l’éditeur ? Autobiographie d’un vieux militant d’avant-garde ? Esquisse historique sérieuse des cinquante dernières années ? Un divertissement dans le genre Candide ? Tout cela à la fois, mêlé d’un humour, bon sens critique et parfois aussi une émotion profonde.

La brochure et l’ouvrage peuvent être demandés à Louis Louvet, 34, rue des Berges, Paris, C.C.P., Paris 880.87.

CLERC (Seine-et-Marne)

Advertisements