Lettre de Georges Albertini

INDEX

Ci-dessous une (une seule…) lettre de Georges Albertini à Paul Rassinier concernant la diffusion du Mensonge d’Ulysse.

En dehors d’attester de relations « cordiales » entre les deux hommes à cette époque et de confirmer la contribution d’Albertini à la diffusion de l’ouvrage de Rassinier, ce document ne nous donne pas plus de renseignements sur ce que furent précisément ces relations.

L’appartenance de Rassinier et d’Albertini à la S.F.I.O., leur engagement pacifiste avant-guerre, peuvent expliquer qu’ils se soient connus, mais ils n’appartenaient pas aux mêmes tendances et, en dehors de leur passage par l’Enseignement Primaire Supérieur, rien dans leurs parcours ne contribue à les rapprocher.

Leurs situations respectives en 1956 peuvent, bien sûr expliquer une convergence d’intérêts, en particulier la lutte contre l’influence communiste dans une société française à peine sortie de la seconde guerre mondiale.

On aimerait aussi savoir dans quelle mesure ces échanges avec Albertini peuvent signifier une reprise de relations entre Rassinier et Souvarine…

Une note d’Albertini à Rassinier sur en-tête d’Est & Ouest datant du 24 février 1959 trouvée dans les archives de Paul Rassinier confirme des relations suivies à cette époque.

P.S. Dans son récent et passionnant livre aux éditions Amalthée “En mission pour Georges Albertini“, Morvan Duhamel indique (p.120) parmi les différentes missions pour lesquelles il a servi Albertini : “(…) aider à diffuser le Mensonge d’Ulysse, ouvrage de son ami Paul Rassinier, ex-député socialiste et grand résistant, interné pendant la guerre dans des camps de concentration allemands, qui dénonçait des mensonges de plus en plus répandus sur les conditions de vie dans ces camps (…)“.

Paris, le 18 juin 1956

Mon cher Rassinier,

Dans le bulletin de la Société des Professeurs d’Histoires et de Géographie de l’Enseignement public, numéro 147 de juin 1956, paraît une lettre de M. Chillon, professeur agrégé de géographie à Brazzaville.

Cette lettre a été provoquée par la lecture d’un compte-rendu du livre de Noguères sur le véritable procès du Maréchal Pétain. M. Chillon proteste et contre la partialité du livre de Noguères et contre la partialité du compte-rendu. M. Chillon est visiblement vichyssois, et le thème de sa lettre est d’exposer que les rédacteurs du bulletin ne font que des compte-rendus favorables au système, et en tout cas, [ne] rédigent leurs compte-rendus que dans un esprit strictement conformiste.

Il ajoute (c’est vraisemblablement un jeune agrégé) qu’au moment où il a adhéré à cette Société, des amis lui avaient dit qu’elle était progressiste. Il ajoute les phrases suivantes : « Je n’ai pas voulu y croire, et je pense que vous ne me fournirez de raison de changer d’opinion, encore qu’à ce sujet je sois obligé de constater qu’un compte-rendu envoyé par mes soins de l’ouvrage de notre collègue Rassinier Le Mensonge d’Ulysse (où il démolit quelques légendes conformistes sur les camps de concentration) n’ait jamais paru dans le Bulletin ».

La direction de la revue, très embarrassée au sujet de ce dernier paragraphe dit : « le compte-rendu en question n’a pas été publié puisque conformément à un usage général, nous n’imprimons que les ouvrages adressés à la direction de la Société ; ce n’était pas le cas pour ce volume ».

Voici donc ce que je vous suggère : envoyez votre livre à M. Bruley, 18 rue de Liège – PARIS 9e, Président de la Société, en lui indiquant que vous avez lu la lettre de M. Chillon, que vous vous faites un devoir d’envoyer votre livre à la Société, et que vous seriez intéressé par la lecture du compte-rendu qu’à la suite de cet envoi M. Chillon d’une part et tous autres rédacteurs pourraient écrire.

Croyez, mon cher Rassinier, à mes sentiments les plus cordiaux.

Signé : G. Albertini

Notes :

Bernard Chillon, fut professeur agrégé de géographie au lycée Savorgnan-de-Brazza, Brazzaville (A.E.F.), auteur par la suite en particulier d’un ouvrage, édité dans le cadre de l’Institut Pédagogique National (S.E.R.P.E.D.) dans la collection « Documentation pédagogique africaine », intitulé « Notions sur les civilisation préhistoriques », 1963.

Louis Noguères, « Le Véritable procès du Maréchal Pétain », Fayard, 1955.

Advertisements