Démilitarisation de l’histoire

INDEX

 

Un texte de Raoul Froger-Doudement.

 

La Voie de la Paix n° 13, mars-avril 1952, p.3

La Démilitarisation de l’Histoire

 

Dans chaque pays, l’histoire n’est qu’un ramassis de légendes, d’erreurs et de mensonges destiné à façonner les cerveaux dans un même moule national, véritable instrument de dictature intellectuelle qui doit rallier tous les esprits à l’orthodoxie gouvernementale.

De même que la presse chauvine qui en est le prolongement, l’histoire nationale met chaque peuple en admiration devant lui-même, avec une pointe de mépris pour les autres.

L’attention est particulièrement retenue sur les faits et gestes des militaires qui ont le plus versé de sang, et qui sont érigés en gloires nationales. C’est l’apologie du meurtre en masse, du vol collectif à main armée, l’apothéose de la guerre, légitimée, acclamée, idéalisée, empanachée de légendes chevaleresques, dont le mirage fait des écoles des pépinières de soldats ennemis d’un pays à l’autre avant de se connaître.

En fait, jusqu’à présent, il n’y a pas eu d’histoire proprement dite, mais des histoires, des romans nationaux, des affabulations théocratiques, aristocratiques, voire démocratiques et même révolutionnaires, histoires contradictoires de nation à nation et de ce fait dénuées de toute objectivité, de toute véracité.

Il y a, d’ailleurs, dans chaque pays, autant d’histoires que d’historiens et dont l’interprétation des événements, l’exposé même des faits, varient selon le public auquel elles s’adressent. Les « histoires universelles » ne sont elles-mêmes dans chaque pays que des variations nationales sur des thèmes internationaux.

« La vérité historique n’est la plupart du temps qu’une fable consentie » a dit Napoléon, qui s’y connaissait en cette matière.

Comment en serait-il autrement, alors que le moindre incident de rue donne lieu, parmi les témoins, à des rapports tout différents ?

L’histoire n’aura de valeur que lorsque, comme toutes les autres sciences, elle sera faite de la collaboration objective de compétences universelles. Elle doit avoir pour but de dégager la vérité des mensonges gouvernementaux, des impostures ministérielles, des supercheries diplomatiques, des sophistications politiques, des courtisaneries ou des haines journalistiques, des égarement nationalistes, des partialités sectaires et autres aberrations tendancieuses.

Il y aurait lieu de reprendre l’idée d’un Service de vérité, à l’exemple du Wahrheitdienst fondé en Allemagne après la première guerre mondiale, par le professeur Vildtbrandt de Tübinge, dans le but de « protéger l’opinion publique contre les mensonges officiels relatifs aux choses étrangères : les dissimulations, déviations, exagérations et autre manœuvres tendancieuses en vue d’entretenir les passions nationalistes ».

De grands mouvements en ce sens avaient pris corps entre les deux grandes guerres. Au Congrès International de Berlin, en 1924, les délégués de quarante nations ont voté cette motion : « Le Congrès demande une énergique et rigoureuse révision de tous les manuels et livres scolaires bellicistes, ainsi que de toute la littérature destinée à la jeunesse ».

Dans plusieurs congrès internationaux d’instituteurs, furent adoptées des résolutions tendant à l’élimination des livres scolaires bellicistes et au développement de l’esprit de solidarité des peuples. Des mesures officielles furent prises en divers pays : Suède, Danemark, France, Allemagne, Autriche, etc. Enfin, à une récente réunion de l’U.N.S.C.O., historiens et pédagogues, ont envisagé un nouvel effort pour « humaniser et universaliser l’enseignement de l’histoire sur le plan planétaire ».

Mais que vaudront ces belles promesses aux mains des États colonialistes qui ont besoin d’argent pour assurer la « fidélité » des territoires dits « associés » ?

 

 

 

Raoul Froger-Doudement

Membre fondateur du CNRGO.

Extrait du Catalogue SUDOC :

La Faillite de la guerre : [Un mot de préface / R. Froger-Doudement ; par Lucien Le Foyer.] / Paris : Éditions de la Tour du guet , (1951)

Les Religions et la guerre / Raoul Froger-Doudement / (S. l.), impr. Lorulot : Éditions de l’Idée libre , 1934

Qu’est-ce que la guerre hors-la-loi ? Toute la question dans toute son importance [Texte imprimé] / R. Froger-Doudement / Paris : André Delpeuch , [1926]

De la guerre hors la loi à la guerre hors les moeurs [Texte imprimé] / R. Froger-Doudement / Paris : Delpeuch , [1928]

Que veulent donc ces féministes ? Opinions et Arguments émis depuis cinq cents ans par les “Précurseuses” et militantes notoires. Réunis et collationnés par Raoul Froger-Doudement / Préface de Mme Berthe Froger-Doudement, vice-présidente de l’Union fraternelle des femmes. Christiane de Pisan, Marie Tudor, Louise Lbé [“sic” pour Labé], Marguerite de Valois, Marie de Gournay, Magdeleine de Scudéry, Ninon de Lenclos, Mary Astell, Mmes de Lambert, de Puisieux, Adams-Smith, de Coicy, Gacon-Dufour, Roland, Olympe de Gouges, Théroigne de Méricourt, Mary Godwin, de Stae͏̈l, de Genlis, de Rémusat, Necker de Saussure, Claire Demar, Adèle de Saint-Amand, Sophie Germain, Delphine de Girardin, Flora Tristan, Pauline Roland, George Sand, Jeanne Deroin, Clémence Royer, de Gasparin, Edgar Quinet, André Léo, Jenny d’Héricourt, Juliette Lamber, Olympe Audouard, Hubertine Auclert, Maria Deraismes, etc., etc / Langres, : Impr. moderne, 11, rue du Grand-Cloître , 1926

Advertisements