Henri Barré

INDEX du SITE

Dans sa défense d’Albert Paraz (publiée ici), Jean Ebstein citait les noms de résistants déportés qui, pour des raisons techniques, n’avaient pu être admis à témoigner à Bourg-en-Bresse en faveur de Rassinier et de son préfacier lors du premier procès du Mensonge d’Ulysse.

Henri Barré, le sénateur à la “constitution de prolétaire” ayant été l’un des premiers déportés de France. Ebstein cite son appréciation du livre et de la préface, mais il pourrait n’avoir été associé à l’affaire qu’en tant que membre éminent de l’association pour l’amnistie.

La lettre reproduite ci-dessous qu’il fait parvenir à Paul Rassinier le 7 janvier 1951 atteste sans équivoque de la vigueur de son engagement aux côtés des basculeurs de légendes.

C’est sans doute Henri Barré dont Paul Rassinier a sollicité l’intervention en sa faveur lors de la procédure visant à son exclusion de la S.F.I.O.

“Cher ami,

Coup de fil ce matin de l’ami Jean.

D’accord toujours, bien entendu, pour dire leur fait à tous les fabricants de légendes et autres margoulins du patriotisme à sens unique.

Dis-moi ce que, à ton avis, je dois surtout enfoncer.

Cordialement des deux pattes

Henri Barré

Sénateur de la Seine

C.P. Palais du Luxembourg”

HenriBarré002

En cliquant sur l’image elle devient lisible.

 

 

Advertisements