Braillard, Frisquette et Siegounette!

clowns

Paul Rassinier n’attachait aucune importance aux « titres » et certificats de bonne conduite.

C’est principalement comme moyen de défense lors du procès du Mensonge d’Ulysse qu’il a fait valoir ses propres états de service dans la Résistance. La rigueur de la liste produite à cette occasion (reprise par la suite dans les notices biographiques) a été contestée près de trente années après son décès.

Nous soumettons les documents ci-dessous à l’analyse des historiens honnêtes, plus qu’à l’interprétation des comiques troupiers de la Mémoire.

Même si elle ne comporte aucune date précise, l’attestation la plus significative – qui n’est, il est vrai, qu’un certifié conforme par… la mairie de Bézier – nous paraît celle à en-tête du S.D.E.C.E., signée par son directeur général de l’époque Henri Ribière, dont on peut mesurer les autres crédits sous le paraphe. La cote du document devrait permettre même aux fouille-merde de confronter la copie avec l’original, et peut-être de trouver d’autres documents éclairant l’action clandestine de Paul Rassinier.

L’Attestation de Services signée par Pierre Cochery le 11 octobre 1946 indique décembre 1942 comme date d’entrée dans le mouvement des Volontaires de la Liberté.

L’appartenance plus générale à la RIF est, elle, certifiée par la Délégation générale F.F.C.I. avec pour date d’entrée juillet 1941 sur le Certificat d’appartenance à la Résistance intérieure française établi en 1948.

Tout indique, selon nous, que Paul Rassinier était depuis des années, et bien avant la guerre, au cœur de réseaux de passeurs qu’utilisaient les opposants fuyant l’Allemagne.

Pour conclure cette grotesque affaire de « titres », voici une dernière prétention affichée par Paul Rassinier dans une lettre à Albert Paraz du 30 juillet 1954 :

« N’oubliez pas que je suis toujours « Délégué général de la Résistance pour la région Belfort- Hte Alsace » et que ma signature homologue sans discussion possible, une situation sous l’occupation, aux yeux du ministère des Anciens combattants. Au surplus, le Président de la Con nationale d’homologation est un ami personnel. »

Si cette prétention correspond aux faits, on peut bien se douter que Paul Rassinier aurait eu tout le loisir de s’attribuer les titres les plus ronflants et les décorations les plus clinquantes.

Cliquer sur les documents les affiche.

Résistance002

Résistance003

Résistance001

Advertisements