Raymond Molinier

INDEX

Deux lettres datant de 1932 de Raymond Molinier, pionnier du trotskysme français, à Paul Rassinier.

La première accuse simplement réception et nomme les représentants pour la Ligue Communiste à la Conférence d’organisation ou Congrès Unitaire prévue pour le 29 mai 1932 à Belfort. Cette conférence sera constitutive de la Fédération Communiste Indépendante de l’Est autour de son journal Le Travailleur.

Dans sa deuxième lettre postérieure au Congrès, Molinier marque la différence de position des deux organisations. Boris Souvarine contribuera encore – un peu plus tard – à balayer le souhait de Rassinier d’entretenir malgré tout un contact éditorial avec les auteurs de la Ligue.

Première lettre :

LIGUE COMMUNISTE

—————

SECRETARIAT

Paris le 21 Mai 1932

Chers Camarades,

Faisant suite à l’invitation de votre rayon au Congrès que vous organisez, la C.E. élargie de la Ligue Communiste a décidé de déléguer à ce congrès les camarades suivants :

Pour la région de l’Est – le camarade Paget

Pour la région du Doubs et de la Côte d’Or – Buren

Pour la Ligue Communiste – les camarades Franck et Molinier

Nous te prions également ainsi qu’il semble avoir été convenu avec le camarade Naville, de publier la lettre ouverte dans le prochain numéro de la Lorraine précédent le Congrés. [Ajout manuscrit : “ -Prière de nous fixer lieu, date et heure”.]

Reçois, cher camarade, notre salut communiste.

Signé : Molinier

Molinier

11, rue des Envierges

Paris

 

 

Deuxième lettre :

La VERITE

9 rue du Transwal

PARIS

Le 18 Juin 1932

Camarade Rassinier,

J’ai reçu ta lettre du 15 juin à laquelle j’entends répondre sans attendre.

Il ne s’agit nullement de moi ou du mauvais caractère de la maladresse de quelques oppositionnels, il s’agit d’une position adoptée par notre organisation qui, après une discussion sérieuse, a décidé d’engager un combat pour détacher les ouvriers communistes de l’expérience que vous entendez leur faire faire et que nous jugeons d’ores et déjà tout à fait dangereuse et tout à fait néfaste au développement du mouvement communiste.

L’article que j’ai écrit cette semaine en accord avec nos différents camarades précise mieux notre point de vue. Il est bien regrettable que tu ne voies le problème que sous l’angle personnel et intentionnel ; personne ne met en doute tes intentions mais avec les buts les plus louables, quant on a une analyse fausse de la situation et du problème du regroupement des forces communistes, on aboutit à préconiser la formation d’organisations comme celle que vous avez faite et qui implacablement se disloqueront au profit des anti-communistes.

Je ne vois, quant à moi, aucune espèce d’inconvénient à ce que nous continuions à avoir des relations fraternelles ensemble tant que ce dernier pas ne sera pas franchi, mais tu comprendras bien que relations fraternelles ne peut aucunement signifier duplicité politique.

Nous souhaitons vivement que tu te rendes compte toi et tes camarades de la gravité de la situation où vous avez engagé un certain nombre de militants, que vous ayez le courage de bloquer et de revenir en arrière.

Je te réponds hâtivement, au fil de la dictée, et nous continuerons notre série d’articles dans la Vérité en développant nos conceptions sur toutes ces questions.

Fraternellement

Signé : Molinier

R.Molinier – 11 rue des Envierges – 9 Villa Faucheur – Paris

Advertisements