Le Semeur Ouvrier 1

INDEX

Archives Paul Rassinier

ARTICLES DU SEMEUR OUVRIER

Organe régional du Parti communiste et de la CGTU

Territoire-de-Belfort, Doubs, Jura, Haute-Saône

1930-32

I

Paul Rassinier a conservé dans ses archives une collection incomplète de coupures d’articles signés de son nom parus dans Le Semeur Ouvrier. Il en a lui-même annoté des dates que nous n’avons pour la plupart pas vérifiées.

En attendant que l’intégralité de la collection de la Bibliothèque Nationale soit consultable sur le site Gallica, nous afficherons ici les numérisations de ces coupures.

L’articulation de la succession des titres en fonction de l’évolution des groupes et de leur positionnement à l’égard du P.C.F. ne nous paraît pas encore totalement claire. Voici quelques repères :

– Le Semeur, journal communiste régional historique, était paru de 1923 à 1930. Son lieu d’impression (Audincourt) laisse supposer une influence rédactionnelle du groupe de la Fraternelle de Valentigney (créée par la famille Peugeot mais appropriée par le mouvement ouvrier vers 1917 : https://www.youtube.com/watch?v=hpKrpnps3LE). Nous ignorons les circonstances exacte de sa cessation de parution qui pourrait être une conséquence des vagues d’exclusions et de départs successifs du P.C.F. dans la région : Lucien Hérard (1927), Marcel Ducret (fin des années 20), Louis Renard (1931), Jules Carrez (début 32).

– Le Semeur Ouvrier – organe, toujours, du Parti communiste -, recentré sur Belfort, paraît du 11 octobre 1930 au 23 avril 1932.

– L’équipe rédactionnelle exclue à son tour du PC.F. reprendra le titre du Semeur pour quelques numéros (en partie consultables sur Gallica : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/cb32867224h/date1932 ) sous la direction de Henry Jacob, avec pour directeur de publication Paul Rassinier, du 16 avril au 11 juin 1932.

– Après le congrès fondateur du 29 mai 1932 à Belfort, il fusionnera avec le Travailleur (bulletin de la Fédération communiste indépendante du Doubs), sous ce dernier titre, en tant qu’organe de la F.C.I.Est (Juin 1932, avril 1934).

Pour augmenter la confusion, les loyalistes du Parti Communiste de Belfort semblent avoir fait paraître au moins un numéro de leur version du Semeur en même temps que l’organe dissident du même nom… avant que le titre, redevenu libre, ne (re)devienne durablement celui de leur organe local.

Il est assez cruel que les premiers témoignages écrits de l’activité révolutionnaire du jeune Paul Rassinier dans Le Semeur, puis Le Semeur Ouvrier correspondent à l’époque probablement la moins glorieuse de son engagement communiste.

Si, dans la fantaisie autobiographique Candasse (p.84), Rassinier raconte être entré très tôt en contact avec le groupe mêlant anarchisme et communisme qui publie depuis 1923 l’hebdomadaire Le Semeur, des contributions régulières sous sa signature apparaissent seulement à partir de mars 1930. Il n’avait entre temps signé qu’une tribune dans le numéro du 11 décembre 1926, à vingt ans.

D’après le mémoire de Jean Plantin qui a consulté la collection de la Bibliothèque Nationale, le premier article signé dans le Semeur Ouvrier paraît dans le numéro 2 du 18 octobre 1930. Paul Rassinier, âgé de vingt-quatre ans, milite alors depuis plus de sept années.

Dès octobre 1931 il tente dans les Cahiers du Bolchevisme de faire valoir à l’intérieur même du Parti un point de vue vaguement critique – si l’on tient compte des parties « éditées » avant publication. On sait de plus qu’il se tenait informé des analyses dissidentes et lisait en particulier le journal trotskyste La Vérité.

Certaines phrases de ces articles ne rendent pas justice à l’indépendance d’esprit que Rassinier partage dans l’action locale avec ses camarades de l’époque. Elles donnent la mesure des désillusions qui ont suivi non pas tant l’exclusion programmée de 1932 que l’impossibilité de construire par la suite, avec les groupes communistes « indépendants », une opposition crédible. C’est en ce sens que l’article sur l’expérience de la F.C.I.E. et du Travailleur sollicité par Monatte pour la Révolution Prolétarienne de février 1935 ( http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k63482785 et sa suite prévisible : http://cras31.info/IMG/pdf/la_revolution_proletarienne_196.pdf ) ont été pour Rassinier des opportunités de solder ses comptes au moment de réintégrer sans gloire la vieille maison SFIO.

« D’ailleurs, en quittant le P.C., je suis redevenu moi et je veux le rester longtemps encore. » Lettre à Marcel Ducret, décembre 1933.

En dépit – ou du fait même – du psittacisme bolchevique, ces articles et billets nous replongent dans un contexte politique et social où se perpétuent des schémas idéologiques dont le monde actuel peine encore à se débarrasser.

Premier fichier :

FCIE081 (les articles s’affichent dans l’ordre chronologique inverse)

1930 :

8 novembre : « L’Hypocrisie socialiste, Manœuvre contre-révolutionnaire » : Front anti-communiste contre Maurice Thorez à Belleville et démission de Zyromski et Marceau-Pivert

22 novembre : « Cette semaine… » :Vil exercice de contre-propagande stalinienne avec le recul… A défaut d’une opinion publique clairvoyante, l’indignation ouvrière fera l’affaire.

27 novembre : « Cette semaine… » : Crise économique, chômage et dégraissages, appel à la constitution de comités de chômeurs.

6 décembre : « Cette semaine… » : Dixième anniversaire de la fondation du P.C.F.

13 décembre : « Crise ministérielle» : Chaises musicales ministérielles sur fond de crise économique : contre le jeu parlementaire, Soviets et dictature du Prolétariat.

1931 :

10 janvier : « Cette semaine » : Discours de Noël du Pape Pie XI, propagande obscurantiste et croisade antisoviétique

17 janvier : « La pourriture capitaliste » : Le scandale Oustric, Ludovic-Oscar Frossard en Martinique, Vincent Auriol et la soie artificielle, Le Populaire à la banque Bénard… Marche triomphale à la corruption et à la pourriture.

24 janvier : « Cette semaine » : Les socialistes, le budget militaire, la doctrine et les préoccupations électorales : Renaudel, Déat…

31 janvier : « Cette semaine » : Aristide Briand contre l’U.R.S.S. et pour l’Union Européenne (1931!) Souhait qu’une révolution en Pologne et en Roumanie fasse bénéficier à ces pays des bienfaits du plan quinquennal, tel qu’il est mené dans « le pays où l’on construit le socialisme », le « foyer de la révolution mondiale ».

Fichier FCIE081 (les articles s’affichent dans l’ordre chronologique inverse)

https://tinpacifists.files.wordpress.com/2016/11/fcie081.pdf

Advertisements